2014

Les "Etats généraux des Femmes de Wallis et de Futuna"

 
 
DSCN0639copy

Les "Etats généraux des Femmes de Wallis et de Futuna" se sont tenus au Falé de la République du 31 mars au 4 avril 2014 afin de porter un regard constructif sur ce que vivent les femmes et de considérer ce qui peut être amélioré dans leur vie personnelle et sociale.

 

Ces huit jours de réflexion où des femmes, jeunes et moins jeunes, venant des différents districts de Wallis et de Futuna,  n'ont pas eu la prétention d'être exhaustifs, mais ont permis de mieux connaître et de mieux situer la place des femmes à l'intérieur de la société.

Chaque groupe s'est réuni deux demi journées, réparties sur la semaine. La première session était consacrée à la vie familiale et à la vie personnelle, puis aux expériences vécues d'égalité, l'autonomie et de violence. La deuxième session était consacrée à la place des femmes dans la vie publique et dans la vie économique.
Loin du "prêt à penser", l'ambition de ces travaux est d'aider Wallis et Futuna à avancer dans un monde qui évolue rapidement.
Un exemple des points débattus : Comment ne pas perdre les valeurs qui fondent la culture ? Qui est chargé de leur transmission ?

La réponse a été très nette : "Nous, parents, sommes les premiers éducateurs de nos enfants; Il est important que nous, Wallisiens, prenions et reprenions notre place dans la transmission de notre culture et de notre religion.
Pour ce faire nous devons connaître notre culture, l'appliquer à nous même et la transmettre". La difficulté de concilier les valeurs de l'Occident et celles de la coutume a été évoquée. Un des premiers moyens pratiques pour réconcilier les deux univers serait ainsi d'obtenir la reconnaissance des langues wallisienne et futunienne comme option au baccalauréat.
Les échanges, très profonds et personnels, ont été vifs, honnêtes et...joyeux. La conclusion est que, de même que "nous sommes responsables de notre vie actuelle, nous sommes responsable de la transmission de nos valeurs et de la construction de la paix dans l'île.
Après la parution du compte-rendu de ces états généraux, une ou plusieurs équipes devraient parcourir tous les villages en faisant ce même travail, afin que des femmes qui pratiquent la coutume en mesurent la richesse et participent activement à sa transmission au milieu des tribulations de notre monde.