La Journée de l'Europe 2015 à Wallis et Futuna

 
 
UE

 

   

  Éditorial de Monsieur l'Ambassadeur Andrew Jacobs à l'occasion de la Journée de l'Europe 2015 à Wallis et Futuna.

 

 

 

Nous sommes aujourd'hui le 9 mai, et en ce jour l'Union européenne rend hommage au 9 mai 1950, jour où Robert Schuman, un des fondateurs de l'Union européenne, fit la célèbre "Déclaration Schuman", dans laquelle il encourage toutes les nations d'Europe à s'unir et à rendre la guerre impossible sur notre continent. Soixante-cinq ans plus tard, le message de paix et d'unité de Schuman est plus que jamais d'actualité.

 

Son appel à surmonter d'anciennes divisions seulement cinq ans après la Seconde Guerre Mondiale a posé les bases de ce qu'est devenu aujourd'hui l'Union européenne. Au fil du temps notre Union s'est élargie, passant de six à vingt-huit membres, pour devenir le plus grand projet de paix au monde. Les rêves de nos pères fondateurs sont devenus réalité.

 

Mais la paix et la prospérité, qui reposent sur un engagement profond envers les droits fondamentaux, la démocratie, et l'Etat de droit, ne peuvent pas être considérées comme définitivement acquises. C'est un travail constant, inachevé, qui doit être encouragé et protégé.

 

La sécurité et la prospérité vont bien au-delà de la question de la guerre ou de la paix. L'Union européenne a une relation et une amitié de longue date avec les pays et territoires du Pacifique. Notre partenariat politique et économique repose sur des valeurs partagées, des intérêts communs, et des aspirations identiques. Nous sommes bien conscients que les peuples et pays du Pacifique doivent aujourd'hui faire face à une menace existentielle, à cause du changement climatique.

 

Certains défis sont si grands que seule une réponse mondiale pourra permettre de les surmonter.

 

Les pays et territoires du Pacifique ne peuvent pas lutter seuls contre le changement climatique. Ils ont besoin que les autres nations se rallient à leur combat contre les origines du changement climatique et à leur lutte pour en réduire les conséquences. Même si les Nations européennes ne sont pas autant directement menacées par le changement climatique que les Etats du Pacifiques, l'Union européenne pense qu'il est de son devoir de s'engager dans la bataille mondiale contre le changement climatique. 

 

Le changement climatique est depuis longtemps une priorité stratégique essentielle à son action extérieure, et l'Union européenne poursuit une politique intérieure ambitieuse de réduction des émissions de carbone. C'est pourquoi les états membres de l'Union européenne se sont engagés à réduire leurs émissions de carbone de 40% en 2030, avec un objectif de réduction à long terme de 80-95% d'ici 2050.

 

L'Union européenne soutient également l'appel du Pacifique à la conclusion d'un accord ambitieux et légalement contraignant lors de la 21e Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les Changements Climatiques qui se tiendra à Paris en décembre 2015.

 

Mais d'autres menaces existent qui demandent une réponse mondiale. 

 

Le spectre de la guerre a refait son apparition sur le continent européen. Des attaques terroristes et des crimes atroces sont commis quotidiennement contre des personnes innocentes. Lorsque le droit international est violé, et que la dignité humaine est méprisée, il est de notre devoir à tous d'agir.

 

Plusieurs pays voisins de l'Europe sont menacés par la guerre et par des troubles civils. L'Union européenne pense qu'elle a, ainsi que l'ensemble de la communauté internationale, des responsabilités envers ces pays et leur souffrance. Les peuples de ces pays méritent notre soutien. L'Union européenne espère qu'elle peut compter sur le soutien des pays et territoires du Pacifique pour se battre en faveur des valeurs fondamentales et des intérêts que nous partageons tous.

 

La présence de l'Union européenne auprès des Pays et Territoires d'Outre-mer du Pacifique est nourrie d'un héritage historique partagé, une solide coopération économique et commerciale et des valeurs communes aux pays et territoires, aux Etats membres dont ils relèvent et à l'Union. Quatre Pays et Territoires d'Outre-mer -  Nouvelle Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna et les îles de Pitcairn- sont au cœur de ce partenariat durable et réciproque.

 

Ainsi, la coopération de l'Union européenne avec Wallis et Futuna a permis d'améliorer les infrastructures portuaires (réhabilitation et agrandissement du port de Mata'Utu) ainsi que la construction et la rénovation des établissements scolaires secondaires pour faciliter l'accès à l'éducation (plus de € 16,32 M, soit 1.947 milliards de francs). Cet appui continue à travers le 10ème Fonds européen de développement (FED) qui consacre ses moyens à l'amélioration des voies de communication et la réhabilitation du quai de Leava, à Futuna, ainsi que le renforcement des capacités institutionnelles du territoire (€16,49 M soit 1.967 milliards de francs). Pour les années à venir, dans le cadre du 11ème FED (2014-2020), € 19,6 M, soit 2.33 milliards des francs, seront mobilisés pour appuyer le désenclavement du territoire afin de permettre son développement socio-économique.

 

L'Union européenne est un projet pour le future – notre future. C'est pourquoi nous célébrons la Journée de l'Europe pour nous souvenir, mais aussi pour nous tourner vers l'avenir, vers un monde où les peuples, peu importe qui ils sont et où ils vivent, sont libres de façonner leur propre existence et de se battre pour réaliser leurs rêves.
 
 

 
Andrew Jacobs.

 

Photo A. Jacobs